AGF: The Master

AGF: The Master (89 min.)
Guest: Batiste Perron

Le nouveau film de PTA est forcément un évènement. De par son sujet (un groupe religieux s’apparentant à une secte), son casting (Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams), et surtout son réalisateur (HARD EIGHT, BOOGIE NIGHTS, MAGNOLIA, PUNCH-DRUNK LOVE, THERE WILL BE BLOOD).

Thibault, Ivan et leur invité spécial Batiste tentent donc d’analyser le film à travers sa mise-en-scène unique, sa musique, ses deux personnages principaux opposés, ses thématiques, et ses différentes parties se déroulant sur un bateau ou dans une maison.

Un épisode spécial réservé à ceux qui ont vu le film.

Si vous faites votre shopping sur Amazon, n’hésitez pas à passer par ce lien: http://www.amazon.fr/?ie=UTF8&link_code=hom&tag=angifi-21

3 réflexions sur “ AGF: The Master ”

  1. Bravo les copains belle émission. Je suis content que Tib ponctue ça avec « No Other Love ».

    Sinon, après avoir vu ce film 3 fois maintenant en 4 mois de temps, il confirme vraiment sa place dans mon top de 2012. Un film en mode « mineur » pour Paul Thomas Anderson, sans réel enjeu, sans éclat épique comme il le dit lui-même. Mais terriblement précis et captivant. Une étude de personnages sublimes qui les rassemble et oppose tour à tour. The Master peut paraître froid au premier bord, mais plus je le vois plus plus je pense l’inverse. PTA aime ses personnages et ça se sent, et croyez le ou non je ressens quelque chose lors de certaines scènes (le premier test/la scène entre Freddy et la mère de Doris/la dernière scène entre le Master et Freddy). S’il y a bien un thème qui ressort de ce film c’est « You can’t teach an old dog new tricks », qui se traduirait par « On apprend pas au vieux singe à faire la grimace » mais je préfère l’expression anglaise. Car la relation maître/chien représente parfaitement ce que je vois avec Lancaster et Freddy. Ce chien incontrôlable recueilli, que personne n’aime sauf son maître qui tente de l’apprivoiser sans succès (ce qui renvoie totalement à la scène de la prison). Cependant, il y a une vraie tendresse dans cette relation qui tend de la romance en effet. C’est au final un film qui, une fois bien digéré est assez simple et sans prétention. Et je trouve ça incroyablement bien rythmé, techniquement c’est virtuose (la marche de Joaquim vers le bateau est un de mes plans préférés de l’année). Le film pourrait durer 1 heure de plus ça ne me dérangerait pas, je suis très curieux de voir l’ensemble des scènes coupées.

    C’est un grand film plus chaleureux et optimise qu’il n’y paraît, un simple texte ne pourrait lui rendre justice, cet épisode spécial y tente admirablement.

  2. Je vous rejoins: difficile d’analyser ce film, surtout en sortant de la salle.. C’est avant-tout un film de personnages, au détriment du scénario, que j’ai trouvé pour ma part parfois confus.

    Très bonne prestation de Baptiste qui a bien trouvé ses mots, c’était un invité haut de gamme!

    (Pas mal ce format en 1h30, ça me plaît bien).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s