AGF: La Trilogie Cornetto

AGF: La Trilogie Cornetto (105 min.)

Parfois, il faut laisser son cœur parler. C’était l’idée derrière cette émission spéciale consacrée aux trois films de la trilogie Cornetto (The Three-Flavours Cornetto Trilogy ou The Blood and Ice Cream Trilogy), tous réalisés par Edgar Wright avec Simon Pegg et Nick Frost: SHAUN OF THE DEAD, HOT FUZZ et THE WORLD’S END.

A mi-chemin entre un dossier et une analyse, les trois compères décortiquent tout ce qu’ils adorent dans les trois films, de la mise en scène épique de Edgar au coeur émotionnel des scripts en passant par les ingrédients récurrents, les blagues cultes et le mélange des gens qui fonctionne si bien.

Des zombies aux policiers aux robots, il s’agit d’une célébration d’une trilogie hors du commun et de trois films immanquables.

4 réflexions sur “ AGF: La Trilogie Cornetto ”

  1. Super podcast rendant hommage à l’une des trilogies les plus importantes (selon moi bien sûr) des années 2000. Chacun des films exposent, réutilisent et s’approprient trois genres cinématographiques très différents. Impatient d’écouter vos prochains podcasts!

  2. Oui à part des termes que je n’ai pas capté car je suis un vieux auditeur, merci pour ce podcast ! J’ai adoré redécouvrir ces films à travers vos yeux. Merci

  3. Ayant apprécie The World’s end en salles, j’ai décidé de revoir Shaun of the dead et Hot Fuzz avant d’écouter ce numéro.

    Shaun of the dead: je trouve ce film sympathique, amusant et plutôt fun. Je ne vois pourtant pas un chef d’oeuvre, la mise en scène ne m’impressionnant pas plus que cela.

    Hot Fuzz: je n’avais pas réussi à aller jusqu’au bout à la première tentative, j’avais abandonné environ à mi-parcours.
    A la deuxième tentative, je dois avouer que j’ai trouvé le film plus plaisant, malgré un démarrage beaucoup trop long. La première partie m’ennuie et je prends plus de plaisir lors du dernier tiers, quand il y a plus d’action.
    Même constat que pour Shaun of the dead: c’est un film sympathique, mais toujours pas un chef d’oeuvre pour moi.

    The world’s end: le plus réussi des trois, Wright faisant preuve de plus de retenue dans sa mise en scène et le personnage de King, énergique, sauvant la première partie du film qui aurait pu se révéler ennuyeuse comme celle de Hot Fuzz. Le reste des personnages ne semble se réveiller qu’au moment du basculement du film dans le genre fantastique.
    Comme Ivan, je trouve que les thèmes plus « profonds » ne restent qu’effleurés, ce n’est pour moi pas l’aspect le plus réussi du film.
    C’est tout de même mon préféré car l’atmosphère, l’ambiance anglaise sont bien retranscrits.

    Un mot sur E Wright en général: je trouve que c’est un réalisateur intéressant, qui propose des films funs et plaisants.
    Cela étant, je ne comprends pas vraiment qu’il suscite autant d’engouement. Il a du style certes, mais ce n’est pour moi pas du tout un réalisateur de la trempe d’un Fincher ou d’un Tarantino.
    Je le trouve un peu surestimé en France et je ne m’explique pas pourquoi.
    Mais attention, je ne veux pas dire que ce n’est pas un bon réalisateur, loin de là.
    Par exemple, je fais partie de ces gens qui n’aiment pas Scott Pilgrim, à cause de l’exubérance dans la mise en scène de l’action. Sur un ou deux combats, ça peut être amusant, sur l’intégralité du film, c’est agaçant.

    Sinon, beau numéro, dans lequel, une fois de plus et malgré le jetlag évident d’Ivan, vous parvenez à exprimer votre enthousiasme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s